Actualités

Nos producteurs à l’honneur dans l’Agri 53

Une belle mise en avant de Terrena dans l’Agri 53 la semaine passée !

 

 

 

Jean-Luc et Sylvie Huneau, éleveurs de limousines ainsi que Stéphane Trihan, engraisseur de charolaises, se sont prêtés au jeu du reportage, avec Élie Gavard, technicien Ter’elevage pour mettre en avant leur travail et celui de la coopérative.

 

Nous les remercions de leur implication.

 

A lire ici 👇👀

 

 

U communique dans la Presse Régionale en s’appuyant sur Terrena

La semaine de l’Agriculture a été l’occasion pour toutes les enseignes de montrer leur proximité avec le monde agricole.

 

Notre Partenariat avec U Enseigne leur permet d’illustrer leurs actions.

Image non disponible

 

U Enseigne a ainsi communiqué ce week-end dans la Presse Quotidienne Régionale (PQR), sur la « juste rémunération » pour les agriculteurs engagés dans ses filières, en en faisant un des axes de sa communication.

 

Cette communication met en avant les contrats U filières en Porc, dont celui signé avec TERRENA, où le prix de revient intervient à part égale avec la cotation et le prix de marché.

 

 

C’est Joël THOMAS, adhérent Terrena et éleveur de génisses NA à MAUZE-THOUARSAY dans le 79, qui illustre cette publication. A noter que ces génisses NA « Excellence » alimentent le dossier Bœuf charolais U Filière, vendu à marque U donc, au rayon Libre Service, en piécés, mais surtout en frais hachés.

 

 

Source visuels barquettes : Equipe Marketing Elivia

 

Autre mise en lumière de U Enseigne dans cette publication, pour ses steaks hachés surgelés à marque distributeur, et son action pour les rémunérations :

 

 » Système U, en lien avec Elivia, filiale de la coopérative Terrena, et Bigard, s’engage à compléter la rémunération des éleveurs, réunis en trois groupements de producteurs*, qui fournissent l’ensemble de la viande servant à l’élaboration des steaks hachés surgelés à la marque U, soit un volume de 1 700 tonnes de viande par an.

 

L’enseigne poursuit ainsi son action de soutien à la filière puisque 1 100 éleveurs recevront une rémunération complémentaire de 50 euros par bête, pour un total de 17 000 bêtes par an, soit 850 000 euros. »

 

(*) dont Ter’Elevage

 

(source : https://www.zepros.fr/steaks-haches-systeme-u-augmente-la-remuneration-des-eleveurs–94383)

Bovinement rassemblés !

Organiser une assemblée en présentiel et simultanément à distance, voilà qui est fait pour la section bovine ! 💻📲😊

 

Vendredi 04 Juin, nous avons eu le plaisir d’accueillir près d’une cinquantaine d’éleveurs dans l’amphithéâtre de Terrena Ancenis (44) et également à distance via l’outil de conférence TEAMS.

 

Parmi les nombreux thèmes abordés, nous avons pu parler conjoncture, perspectives, organisation, contractualisation et actions concrètes menées par Ter’elevage pour la valorisation de vos productions. Rappelons que pour 2020, ce sont plus de 3.5 millions d’euros en plus-value qui ont été revervés aux adhérents engagés avec la coopérative en production de viande bovine.

 

Nous avons également accueilli Gaëlle DUPAS de La Coopération Agricole, que nous remercions pour son intervention portée sur les grands enjeux de la filière viande bovine.

 

La richesse des échanges et les interactions ont été une chance dans la construction de la vision collective de notre filière.

 

Merci à tous les éleveurs qui ont participé de près ou de loin à cet évènement, merci aux élus engagés et aux intervenants qui ont dynamisé les échanges.

 

A très vite

 

 #construireensemble #cestcalacoop

 

Ter’elevage, acteur de la filière viande

Ter’elevage œuvre depuis plus de 10 ans avec les interprofessions et les instituts nationaux de recherche tels que L’idèle (institut de l’élevage), l’INRAE ou Interbev afin d’innover pour la filière viande, rechercher toujours plus de valeur pour ses producteurs en amont, et assurer les débouchés auprès de ses clients en aval.

Quelques exemples (cliquez sur les liens pour les ouvrir):


Pour lire le rapport complet de l’IDÈLE : Rapport COMPLET

 

Préparation sanitaire des broutards : Terrena pionnière

Depuis bientôt 15 ans, Ter’elevage est précurseur en termes d’innovation et d’accompagnement de la filière bovin viande en permettant aux naisseurs et engraisseurs de lutter contre les maladies respiratoires. Pour rappel, les pathologies respiratoires sont responsables de plus de 70% des troubles sanitaires en engraissement.

Depuis la création du contrat Broutard Max en 2006 et celle d’Alimax en 2020, Terrena ne cesse de performer pour proposer des solutions concrètes aux éleveurs.

 

Depuis décembre 2020, une nouvelle étape a été franchie avec la reconnaissance à l’échelle nationale !

 

Après plusieurs mois de concertations entre les différents acteurs régionaux et nationaux (FNB, commerçants indépendants, groupements coopératifs français, INTERBEV, IDELE), le cahier des charges INTERBEV «Préparation sanitaire des broutards » a été validé.Ce cahier des charges, largement inspiré du programme Broutard MAX déployé par Ter’elevage, permet au naisseur témoignant d’une vaccination effective de ses animaux contre les 3 principaux agents présents dans les maladies respiratoires, de prétendre à une rémunération complémentaire suivant un indicateur « coût de préparation ». Cette vaccination anticipée assure ainsi aux engraisseurs l’achat d’animaux protégés contre ces troubles respiratoires.

 

Cette stratégie de prévention vaccinale permet de limiter le recours aux antibiotiques, d’assurer une rentabilité économique des ateliers et le bien-être des animaux par la réduction des troubles sanitaires. Cette démarche s’inscrit pleinement dans la lignée des ambitions de la coopérative en termes de Nouvelle Agriculture ® et plus que jamais cohérent avec les attentes sociétales et le concept ONE Health.

 

La vaccination contre les 3 agents principaux des maladies respiratoires est une première étape dans la préparation des broutards. Pour gagner en efficience, des bonnes pratiques d’élevage du couple mère-veau sont des préambules à nécessaires.

[Référence : Plan Ecoantibio 2 – 2017/2021]

 

Des fiches de bonnes pratiques pour accompagner la démarche :

 

Trois fiches de bonnes pratiques à destination des naisseurs et des engraisseurs, élaborées avec l’lnstitut de l’Elevage, accompagnent le cahier des charges « Préparation sanitaire des broutards ».